Il y avait ce coiffeur devant lequel nous étions passé plusieurs fois où les enfants se font coiffer à califourchon sur un cheval de bois.
Comme le coiffeur pour Anatole, ce n’est jamais un moment agréable, j’ai eu envie de le tester. Nous sommes donc allés chez Bruno, raconte moi tes ciseaux.
Même si les adultes peuvent aussi se faire coiffer, on sent que les enfants sont rois et que chez Bruno, on a l’habitude de les accueillir. Anatole a eu son petit biscuit pour patienter. Le mobilier est adapté pour les différents âges. La fée clochette, le chat du salon, fait tinter son collier. Et il y a même une machine à barbe à papa.
J’ai bien aimé ce qu’une maman racontait : lorsqu’elle avait dit à son fils qu’il devait aller chez le coiffeur, il lui avait répondu « oh non, je préfère aller chez Bruno ». Je trouve que ça en dit long sur l’accueil qu’on réserve aux enfants.
Alors assis en haut de sa tour, Anatole n’a même pas vu qu’il ressortait avec une nouvelle jolie coupe.
Le hic, c’est le prix, 29e la coupe bébé sans shampoing ni séchage, c’est vrai que c’est un peu cher. Alors on n’y reviendra surement pas à chaque fois, mais pour se faire plaisir pourquoi pas. Et puis avec toutes les coupes maisons qu’Anatole s’est payé depuis le début de la vie de sa mèche, je lui devais bien ça.
J’en profite pour vous montrer la nouvelle salopette Dis une couleur de mon baby vintage que nous avions repéré au salon Playtime.
EDIT POUR LES PETITS MATELOTS :
Aujourd’hui, Bruno Raconte-Moi Tes Ciseaux coupe les cheveux à bord du Pachacamac dans la Marina de Port-Deauville. La salon parisien n’existe plus.