Ce week-end, nous avons quitté Paris 3 jours pour les passer en famille. C’est rare qu’en cette saison, on n’aille pas faire un tour dans les bois qui bordent la maison. Alors nous avons initié Anatole à la cueillette des trompettes de la mort. J’ai toujours aimé la pêche à pied, aller ramasser des escargots, des champignons, châtaignes et autres baies sauvages comestibles. Je voudrais lui transmettre ça, à ma petite loutre. Lui montrer à quel point c’est appréciable : de sentir les odeurs des sous bois, de se promener en famille, d’écouter les petits bruits de la nature et de se faire un peu peur aussi (« Dis donc, c’était pas le bruit d’un sanglier ça ? »). Surtout qu’on finit toujours tous autour d’une table, à partager la cueillette. Un moyen de repousser encore peu la fin du week-end. 
À Papou, qui aimait ça et avec qui on ne rentrait jamais bredouille.