Je ne rechigne pas à changer une couche, à couper des ongles des pieds ou à frotter à la main un body sale. Mais prendre le bain d’Anatole, pour moi c’est l’enfer. La semaine, de toutes façons, c’est la tâche de son papa. Mais quand vient le week-end et que l’heure fatidique approche, Anatole me réclame. « Non, non, non, Papa ! » avec les gestes qui vont bien. « Maman ? Bain ? ». Je ne peux pas lui refuser ce moment en tête à tête qu’il a envie de passer avec moi. Seulement cette petite entrevue tourne souvent en eau de boudin. Cette histoire de bain me pèse ! Je sais que dans certaines familles, le bain est un rituel, un moment de détente. Et bien pas chez moi. « Allez, si tu lui prends son bain, je fais la vaisselle ! « . Non mais j’en suis là !

Déjà parce que c’est la fin de la journée et avec la fatigue Anatole est toujours plus énervé et irritable. Ça tombe bien moi aussi ! Le moindre petit refus ou micro accident peut dégénérer à la vitesse de la lumière. Si par malheur un petit grain de sable fait son entrée au moment du déshabillage, je peux être sûre que j’aurai le droit à des cris et des pleurs durant tout le bain. Ô désespoir, moi, lui, ses cris, enfermés dans un petit espace. Sans compter qu’une bonne colère est toujours accompagnée de gestes brusques qui viennent s’écraser avec grand fracas sur la surface de l’eau. Bref, j’en ressors trempée. Et ça non plus je n’aime pas. Un peu maniaque ? Oui peut-être.

À croire qu’il sent ma réticence, car il ne le fait qu’à moi en plus…

Parfois tout se passe bien et arrive le moment où il faut le sortir de l’eau… Donc quoi qu’il arrive j’ai le droit à une crise. Si bien qu’il ne porte plus de pyjama. Une couche, un body et zou (il fait très chaud à la maison aussi). J’écourte la séance en supprimant tout le superflu : crème, parfum… pas la peine de donner du grain à moudre. Car la moindre chose anodine est prétexte à la « discussion ». Sinon, le terrible two ? On en parle ?

En tout cas, j’ai décidé de ne pas culpabiliser. JE N’AIME PAS (ou plus) FAIRE LE BAIN. Ma petite loutre me le rend bien. Alors, non, je ne mets pas une croix dessus, j’espère que ça ira mieux. Mais pour le moment, le bain rime avec corvée. Tant pis, ce n’est pas comme si nous ne passions pas plein de moments sympas tous les deux au sec.