Papou c’est l’arrière grand-père d’Anatole. Il a une très grande maison avec plein de chambres inoccupées, un grand sous-sol, le tout rempli de trésors.

Nous avons beaucoup de chance, de nombreux jouets qui appartenaient à Guillaume (le papa), sa sœur et son frère ont été précieusement gardés : un peu pour les prochains enfants de la famille, mais aussi par nostalgie je pense. Du coup, quand ces jouets ressortent d’une vieille armoire ou d’un vieux carton, ce sont les adultes qui s’en émerveillent les premiers:
« Et ce truc tu t’en rappelles ?
– Oui, je t’avais ouvert le crâne en te le jetant dessus. »
De beaux souvenirs qui resurgissent en fait. Et malgré les couleurs passées et les petites usures, ces jouets ont un charme incroyable. Je suis une vraie fan.

J’avais déjà trouvé dans des vides greniers des jouets vintages. Mais de savoir qu’Anatole manipule ceux de son père, je trouve ça encore plus magique.

En photo, ce sont deux puzzles Fisher Price et un Playskool des années 80. J’aime beaucoup celui sur les animaux. Derrière les pièces se cachent les bébés. Celui sur les véhicules est chouette aussi : on découvre l’intérieur de chacun des engins.

Tous ces objets qu’Anatole a récupérés ont l’avantage d’être solides. Ils ont quand même 25-30 ans. C’est fou on dit que c’est des jouets vintages. Presque des pièces de collections, ça ne nous rajeunit franchement pas. Qu’est ce que ça doit être pour nos grands-parents quand nous leur disons que leurs anciens jouets sont des antiquités!