Aujourd’hui j’avais envie de vous montrer le magnifique livre Petites Métérologies d’Anne Herbauts. Il y a longtemps que je l’ai dans ma bibliothèque celui là. Et puis un soir d’orage, je l’ai ressorti. L’anticyclone colère n’était presque plus qu’un petit nuage tout gris qui lui gonflait encore beaucoup le coeur. Alors j’ai pris mon tout petit bien contre moi et nous avons tourné les pages. Anatole le découvrait pour la première fois.

Petites Métérologies est un livre à contempler, sans mots, rien que des images. On suit ce petit nuage qui sort d’une cafetière et se promène à travers les pages dans un univers doux et mélancolique. Ce que j’aime ces illustrations, mélange de matières, de techniques.

On a ouvert les petites portes, en silence au début, encore un peu fâché. Et puis on n’a pas pu résister à commenter en découvrant les jolies petites scènes dans les cabanes dans les arbres.

– Tu as vu le clown ? Il est en train de se maquiller !
– Alors c’est une maman clown !
Le pouvoir des mots et des images pour apaiser les coeurs… encore une belle illustration.
Et puis le lendemain, j’ai eu envie de réaliser une illustration à la manière d’Anne Herbauts. Juste une manière de continuer à rêver un peu avec Anatole. Si on créait nos cabanes dans les arbres ? Notre histoire, nos petites fenêtres. J’ai sorti, papiers, colle, ciseaux, crayons. Et on s’y est mis. Sans pression, sans réfléchir, juste dessiner au fur et à mesure ce qu’il nous passait par la tête.
– Qu’est ce qu’on met dans la rivière ?
– Une maman crocodile et un bébé crocodile.
– Et derrière le nuage ?
– Une coccinelle pour se poser sur la grande fleur. Et on pourrait aussi mettre un loup. Comme ça, s’il rencontre le renard, ils seront copains. Tu vois ?
 Oui, oui je vois que tu laisses libre court à ton imagination. Et j’aime ça !