Hier matin, on était en retard comme d’habitude pour aller à la crèche. C’est les tâches de chocolat que je tentais de camoufler sous un polo qui m’on rappelé : oh p…. ! Anatole ? C’est pas le jour de la photo à la crèche? Allez hop on économisera un t-shirt plus tard, vite vite on se change, on se coiffe avec les doigts, on court au bus, on gare la trottinette et…  trop tard ! Je lui fais louper sa photo, l’avant dernier jour de quitter définitivement la crèche, la dernière occasion de garder un petit souvenir des copains. « Alors Anatole ? Tu n’es pas venu faire ta photo ».  » Pourquoi Anatole t’as pas fait la photo? ». Parce que sa maman n’est pas fichue de s’en rappeler !  Si vous aviez vu la déception dans ses yeux. Et quand il m’a dit assez bas pour que moi seule l’entende : « Pourquoi ils ne m’ont pas attendu les copains pour la photo? ». Aïe, c’était dur dur. Ça m’a foutu le cafard de le laisser là.

En sortant, j’ai couru chez Monop acheter bonbons et gâteaux pour lui préparer un petit gouter d’au revoir à distribuer demain aux copains. Et en rentrant, je lui avais organiser un petit atelier, décoration et remplissage de sachets. Avec des gommettes, je savais que ça lui plairait et il a eu le droit de piocher dans les bonbons. J’avais tellement envie de me rattraper. Et rien qu’avec ce qu’on avait dans les tiroirs, on s’est amusé à bricoler un petit truc pour marquer le coup. Nous avons même eu le temps de préparer mes petits sablés préférés avec la recette de Sophie pour les gentilles dames.