01paulina

Quand j’ai appris la naissance de Paulina, la fille d’Alice, c’était par le petit texto habituel : la maman et le bébé vont bien, tout s’est bien passé.

Et puis peu après, on m’a raconté ce qu’elle avait vécu : un accouchement un peu particulier. Alice a accouché seule chez elle. Pas par choix, mais parce qu’elle n’a juste pas eu le temps de se rendre à l’hôpital.

Je croyais que ce genre d’accouchement faisait partie des légendes, qu’ils en faisaient toujours un peu trop dans les films.

Quand même, c’est un peu notre angoisse à toutes non ? Je suis dans mon dernier trimestre de grossesse, j’y ai beaucoup pensé à cette histoire. Finalement ça arrive ! L’histoire d’Alice m’en a fait prendre conscience.

Alors j’ai demandé à Alice si elle accepterait de raconter son histoire ici. Elle allait trouver ça sûrement bizarre. Mais elle m’a répondu qu’elle était d’accord, au contraire. Elle même avait lu le témoignage d’une maman qui avait accouché d’une façon similaire et tout s’était bien passé.

Donc à son tour, elle a bien voulu jouer au jeu des questions réponses pour nous raconter son accouchement peu commun :

 

  • EN QUELQUES MOTS, EST-CE QUE TU POURRAIS TE PRÉSENTER ?

Je m’appelle Alice, j’ai 27 ans. Je vis au Danemark depuis 3 ans avec mon mari Petter. Avant d’avoir Paulina cet été, nous avions déjà un petit garçon de 2 ans, Michael. Je travaille comme project manager pour des projets en développement international principalement dans le secteur de l’eau.

 

  • COMMENT S’ÉTAIT DÉROULÉ TON PREMIER ACCOUCHEMENT ?

Pour un premier accouchement, il avait été plutôt rapide. Nous faisions les magasins quand j’ai eu mes premières contractions vers 18H. Nous avons pris notre temps. Mais une fois rentrés à la maison, j’ai commencé à avoir de vraies douleurs. Je suis arrivée à minuit à l’hôpital, le col de l’utérus complètement ouvert. Il était trop tard pour recevoir la péridurale. Michael est né à 3h.

 

  • COMMENT SE PASSAIT TA GROSSESSE POUR PAULINA ?

Elle a été un peu compliquée. Suite à une fausse couche, j’ai appris ma grossesse en revenant d’un voyage professionnel en Afrique, lors d’une visite de contrôle. Le jour même, j’avais des saignements et des douleurs qui m’ont obligée à rester allonger une bonne partie du premier trimestre. Les médecins ont aussi suspecté une microcéphalie autour du 5ème mois, ce qui nous a longuement inquiétés.

  • DE QUELLE MANIÈRE AVAIS-TU PRÉVU D’ACCOUCHER POUR PAULINA ?

 Pour Paulina, j’avais prévu un accouchement normal à l’hôpital. Au Danemark, tu peux choisir ta position, on te prête même un Fatboy si tu veux. Je devais recevoir une injection d’antibiotiques 4h avant la naissance, parce que j’étais porteuse du streptocoque B (ce qui peut contaminer l’enfant au moment de l’accouchement).

 

  • COMMENT SE SONT DÉROULÉES LES 24H AVANT TON ACCOUCHEMENT ? EST-CE QUE TU AS EU DES SIGNES DE L’ARRIVÉE DE PAULINA ?
Sur le coup de 20h, la veille, j’ai eu quelques légères contractions que j’ai mis sur le fait d’avoir beaucoup marché dans la journée. Mais tout allait bien. J’avais même déposé Michael chez sa nounou en vélo.
Toute la nuit, j’ai eu de petites contractions toutes les 20-30min. Mais j’ai plutôt bien dormi, j’attendais que ça devienne plus régulier pour m’inquiéter. A 6h30 le lendemain matin, Petter m’a forcée à appeler l’hôpital. La sage-femme m’a dit que ça ne servait à rien de venir et que je ne pouvais avoir mon traitement qu’en accouchement actif (avec contractions douloureuses toutes les 5min). Les contractions se sont arrêtées, Petter est finalement parti au travail. Je suis restée à la maison avec ma soeur Justine qui était venue passer quelques jours à Copenhague. Michael est parti comme d’habitude chez la nourrice.
Je sentais bien que ça tirait un peu mais bon. Après ma douche, plus rien. Nous avons quand même annulé nos sorties du jour. Sur les coups de 12h, les contractions ont repris. Environ toutes les 10 min. Mais toujours de façon irrégulières et pas très fortes. Vers 13h j’ai rappelé l’hôpital pour insister. Mais j’ai eu la même réponse. Puis de nouveau plus rien.
A 15h, ça a repris et cette nouvelle contraction m’a mise à genoux. J’étais contente parce que je commençais à en avoir marre de cette attente avec contractions on/off. Une autre 7min plus tard etc. A 15h30 j’ai donc rappelé l’hôpital et la sage femme un peu agacée m’a dit quelque chose du genre « venez si vous avez envie, on vous prendra en charge si nécessaire « . J’appelle donc Petter pour lui dire qu’il peut venir me chercher. Pendant ce temps, je finis de me préparer, donne à Justine quelques instructions pour le dîner de Michael, lui prépare 2-3 trucs. Mon sac était depuis longtemps prêt dans l’entrée.

 

  • PAULINA EST ARRIVÉE TRÈS RAPIDEMENT, EST CE QUE TU PEUX NOUS RACONTER COMMENT ÇA S’EST PASSÉ ?

Vers 15h50, je file aux toilettes pour être prête à partir quand Petter arrive. À ce moment là, j’ai une contraction forte et douloureuse. Je perds les eaux au dessus des toilettes. Je me souviens avoir crié à Justine qu’il fallait que je pousse et qu’il fallait qu’elle prenne le papier avec les numéros de téléphone utiles que je lui avais préparé pour appeler l’hôpital. J’avais Petter au téléphone, je lui dit que je devais pousser. 2eme contraction.

Il faut savoir qu’on capte très mal dans la salle de bain. La contraction est forte et douloureuse, je dois pousser. Je passe le téléphone à ma soeur. Elle ne trouve pas les numéros utiles, la connexion coupe avec Petter. Dans la voiture, il appelle l’hôpital.
3ème contraction, je pousse et je sens que le bébé descend. Et hop, je reçois une petite tête couverte de cheveux dans la main. Je dis à Justine qui déverrouillait la porte d’entrée pour les secours, qu’il va sûrement falloir qu’elle m’aide pour les épaules. Elle me dit « mais je ne sais pas faire » et je lui réponds que moi non plus. Elle me propose de mettre des serviettes pour que je m’installe par terre. Mais mon téléphone sonne. C’est l’hôpital qui rappelle. Justine répond. « I don’t speak danish, I don’t speak danish, we have to speak english » « the ambulance is on its way and the father also » « ok » « how far is she? » « The head is out, the head is….oh no, she is completely out, the baby is out but the placenta is still inside ». C’était la 4ème contraction, je venais de pousser Paulina dehors, sans problème pour les épaules. Je la récupère pour qu’elle ne tombe pas dans la cuvette (car j’étais toujours assise sur les toilettes). Je me mets à genoux par terre, attrape les premières serviettes qui me tombent sous la main et l’emmitoufle.
Toujours au téléphone avec l’hôpital, Justine a reçu des conseils. Je n’avais plus de force pour pousser le placenta, nous sommes restées reliées. J’ai mis la petite la tête à l’envers, mais il n’y avait pas de problème, elle gémissait et avait les yeux ouverts.

 

  • ET TOI, COMMENT TU TE SENTAIS ?

Moi j’étais au top de la forme. J’étais super contente d’avoir ma fille dans les bras et j’étais quand même fière de moi aussi. J’ai toujours eu la tête claire et ai pu réfléchir correctement du style « je sais que si je ne pousse pas je vais souffrir pour contenir les poussées donc autant que je pousse ça ira mieux » ou quand la tête est sortie j’ai vérifié qu’il n’y avait pas le cordon autour de son cou.

Pour la douleur, je crois que n’ai pas eu le temps d’avoir trop mal. La douleur venait juste du fait qu’un bébé était en train d’arriver…

 

  • À QUEL MOMENT SONT ARRIVÉS LES SECOURS ?

Petter a appris la naissance de Paulina quand il est arrivé quelques minutes plus tard. Il osait à peine entrer dans la salle de bain et venir nous voir. J’ai enlevé ma robe pour essayer de la faire téter un peu. Et 5 minutes plus tard, l’ambulance est arrivée, sirène hurlante. L’ambulancière est entrée, s’est assurée que tout allait bien et a proposé à Petter de couper le cordon. Les ambulanciers m’ont ensuite couchée sur le brancard avec Paulina et nous sommes parties pour la maternité rapidement car j’avais toujours le placenta en moi.

 

  • À L’HÔPITAL, COMMENT AS TU ÉTÉ ACCUEILLIE PAR LE PERSONNEL SOIGNANT ?

Quand on est arrivé à l’hôpital, j’ai croisé la sage-femme que j’avais eu au téléphone. Elle m’a sorti « ah finalement vous étiez plus avancée que ce que vous disiez ». J’ai préféré ne pas répondre plutôt que d’être très désagréable. Puis Paulina et moi avons eu le droit aux soins normaux. Tout allait bien. Paulina mesurait 50cm et pesait 3022g.

On a dû rester 48h en observation pour voir si Paulina ne développait pas une infection comme je n’avais pas eu mes antibiotiques. Sinon nous aurions pu rentrer à la maison le soir même.

 

  • COMMENT TA FAMILLE A PRIS CETTE NOUVELLE ?

Tout le monde était surpris pour ne pas dire sur le cul. Mon frère a pensé que c’était normal que j’ai réussi à gérer la situation car « Alice sait faire ce genre de choses ». Justine va bien, elle veut toujours avoir des enfants :). Petter s’est remis de ses émotions. Mais ça a été dur pour lui de savoir que j’étais en train d’accoucher pendant qu’il était dans la voiture.

 

  • LE PETIT MOT DE LA FIN ?

Paulina a maintenant 2 mois et tout se passe bien. Parfois quand je suis aux toilettes je souris en repensant à sa naissance. Michael qui dormait très très mal pendant les 2 derniers mois de ma grossesse a retrouvé un sommeil normal. Paulina fait déjà des nuits de 6h presque toutes les nuits et nous avons presque une routine de vie à 4.

 

Merci Alice de m’avoir confié ce beau témoignage et bravo pour ton sang-froid. Je dois dire que j’étais suspendue à ma messagerie en attendant la suite de ton histoire. L’arrivée d’un bébé c’est toujours beau mais dans ces circonstances… Bienvenue jolie Paulina !