Menu
DANS NOS VIES / grossesse

1ère et 2ème grossesse : le jeu des différences

grossesse1et2

Bientôt la fin de cette nouvelle grossesse puisque j’entamerai début septembre le dernier mois.

Avec le recul, je m’aperçois que cette nouvelle grossesse est bien différente de la première. Je me suis amusée à comparer les 2 et à dresser une petite liste.

  • En premier lieu : les maux des débuts. Pour Anatole, j’étais passée entre les gouttes. Je me rappelle seulement d’un réveil difficile et encore… Pour ce 2ème bébé, la fatigue a été plus présente et les nausées ne m’ont pas quittée les 3 premiers mois dès que j’avais un petit creux. Alors le remède est facile me direz vous : ne jamais avoir le ventre vide. Ce qui m’emmène à mon 2ème point !
  • Mon ventre a commencé à se dessiner bien plus vite. Et j’ai pris dès le premier trimestre 4kg. Pour Anatole, je n’avais rien pris au même stade. Par contre, je m’étais rattrapée au 5ème mois et je les avais pris d’un coup. Oups ! Il paraît que le corps garde aussi en mémoire une première grossesse. Alors la peau n’a pas de mal à retrouver son ancienne forme. Et puis je suis persuadée qu’il y a aussi un lien avec le contexte. J’assume plus cette grossesse, je suis plus sereine devant mon corps qui change. C’est marrant il y’a 6 ans j’aurai parlé de corps qui se déforme plutôt.
  • Contexte professionnel aussi. Pour Anatole je commençais juste un nouveau travail. Comment annoncer la nouvelle ?  J’ai vécu le début de ma grossesse avec contradiction : heureuse et angoissée à la fois. Je pense que c’est sûrement pour cette raison que je n’ai pas pris de poids au début et que mon ventre ne se voyait pas. Au final j’ai fini par le dire à 5 mois au travail, tout le monde s’en foutait, c’était bien la peine de se faire du mauvais sang, et pouf mon ventre a doublé dans le week-end qui a suivi. Maintenant mon patron c’est moi. Et quand on n’a de comptes à rendre qu’à soi même, c’est quand même plus facile.
  • Être à son compte versus le salariat. Alors ça change quoi ? Bon déjà, j’ai vite arrêté d’aller voir la gynéco après avoir été remboursé 17€ sur 70€ de consultation (ne prend pas la carte vitale ni la CB à ce prix là évidemment). J’ai découvert les sages femmes libérales ! Même pas besoin d’avancer la consultation, et niveau suivi, franchement 0 différence.
  • Je travaille aussi beaucoup plus à la maison, et c’est un vrai bonheur de moins prendre les transports et de s’allonger quand on veut. Et heureusement d’ailleurs. Plus ça va et plus j’ai du mal à rester longtemps assise pour cette grossesse. Jamais je n’aurais pu faire les 1H30 de métro par jour que je faisais pour Anatole.
  • Pour ma première grossesse j’ai appris ce qu’était des contractions le jour de l’accouchement. Je peux dire que cette nouvelle grossesse est plutôt facile. Mais depuis début juillet, j’ai des contractions plus ou moins fortes, surtout le soir, qui m’obligent à m’allonger. J’ai l’impression que le bébé pèse déjà bien bas.
  • Est ce que c’est dû au fait que mon ventre s’est plus vite arrondi ? En tout cas, j’ai ressenti les coups du bébé assez rapidement. Même son père a pu sentir un premier coup de pied bien plus tôt que pour Anatole. Je ne m’en lasse pas.
  • Et le ventre ? Rien à voir avec la première fois. Il est plus haut et plus pointu aussi. Alors qui me sort une théorie sur le sexe ?
  • D’ailleurs je n’ai presque pas de photos de moi enceinte d’Anatole pour comparer. Juste 2 moisies prisent avec un téléphone. Quelle idiote j’ai été de ne pas commencer son album au tout début de l’aventure. J’assume surement plus cette grossesse, et je me laisse facilement prendre en photo. Les beaux souvenirs !
  • La grosse différence c’est aussi de ne pas connaître le sexe de ce nouveau bébé. Mais j’en ai déjà beaucoup parlé ici.
  • Une grossesse en hiver et une grossesse en été. Ce que ça change, c’est surtout niveau vestiaire. Bien plus facile de s’habiller cet été quand on n’a pas à s’emmitoufler  : robes amples, pratiques et dans des matières agréables, avec une paire de sandale et hop c’est parti. Je marche moins aussi pour éviter que mes jambes ne gonflent.
  • Et les préparatifs ? Là, par contre, ça n’a pas trop changé, nous sommes toujours aussi en retard. Nous n’avons pas prévu de déménager le dernier mois cette fois ci, mais d’échanger nos chambres et de refaire les peintures. Mais nous avons pris du retard à cause d’imprévus, tout est sans dessus dessous. Donc pour le moment je suis encore loin des derniers achats et de l’aménagement des chambres !
About Author

Paris, maman, chineuse, graphiste, blogueuse, DIY, famille.

5 Comments

  • Daphné @ Be Frenchie
    20 août 2016 at 15 h 58 min

    Merci de partager ton ressenti pendant ces deux grossesses. J’ai aussi vécu la seconde bien plus sereinement que la première, javais plus confiance en moi et n’avais plus l’impression de plonger vers l’inconnu. Si je devais avoir un petit troisième, je préférerais aussi être suivie par une sage-femme – le vrai regret de ma dernière grossesse.

    Reply
  • sunnyreve
    20 août 2016 at 18 h 36 min

    Et ma poule si t’as besoin d’un coup de main pour tout finir en un week end je t’aide!! Je sais trop ce que c’est que de ne rien avoir de prêt! Et sinon t’es canon!

    Reply
  • Emilie
    26 août 2016 at 14 h 44 min

    Nous avons a priori le même terme, à quelques jours près sans doute, et c’est aussi ma seconde grossesse, donc ton article fait particulièrement écho en moi.
    Et du coup j’ai une question : tu n’as pas eu l’impression, aussi, de moins « te regarder le nombril » ? Moi c’est ça qui m’a le plus frappé, pour cette grossesse. Elle est passée si vite ! Je n’ai pas eu le temps de dire ouf que déjà, mon ventre était énorme, je sentais les coups, je ne savais pas à quelle « SA » ou « SG » j’en étais, oups, il faut prendre RDV pour l’écho, et merde, j’ai fait les exams ce mois-ci ?…. Autant sur ma première, je lisais des bouquins, j’expliquais à mon mari : « ah tu vois, là, elle entend/voit/a des ongles/etc. », autant là, je n’ai pas eu le temps. Bizarrement , pourtant, j’ai peut-être plus investie cette grossesse que la première, enfin en tout cas, pas de a même manière du tout. On parle beaucoup plus de bébé puisque la grande soeur (presque 3 ans) s’interroge, nous en parle, lui fait des bisous, etc.
    Autrement dit, ce n’est pas de l’indifférence, loin de là, mais quelque chose de peut-être moins « studieux » et de plus « naturel », comme si cette petite (oui, une deuxième fille 😉 ) se faisait déjà sa place tranquilou dans la famille…
    En fait, je t’écris et je repense à ce que m’avait dit une copine lors de ma première grossesse : pour la première, la grossesse est une aventure en soi, alors que pour la deuxième, on sait que l’aventure, la vraie, c’est celle qui commence APRES la grossesse.
    C’est peut-être ça, que j’ai ressenti, je ne sais pas. Mais si je suis plus fatiguée (et plus énorme que jamais), je suis plus sereine, aussi.
    Voilà ma contribution, et pardon pour le roman !!^^
    Emilie

    Reply

Leave a Reply