D’Instagram à Facebook, on ne parle que de la rentrée depuis ce matin. Tellement mignon tous ces petits avec le cartable sur le dos qui étrennent leur nouvelle tenue, avec le sourire jusqu’aux oreilles.

Pour Anatole aussi c’était la rentrée. En fait c’était hier. Mais à force d’entendre partout : mardi, rentrée scolaire… bon, oui j’ai loupé la rentrée. Pas grave, nous avons passé notre lundi tous les deux, histoire de commencer à reprendre les habitudes. Le temps d’aller chez le coiffeur, d’acheter de nouvelles chaussures. D’ailleurs heureusement, parce qu’il est rentré tout juste dimanche soir de chez ses grands-parents. Après 6 semaines, à déménager un peu chez mes parents, un peu chez ceux de Guillaume, puis dans la maison de vacances, et revenir chez ses grands-parents, puis les autres, je le sens un peu perdu mon petit garçon. Je trouve qu’il est vite malheureux pour pas grand chose.

Ce matin, tout avait bien commencé. En ouvrant son casier à la crèche, nous sommes tombés sur le doudou mouton oublié avant les vacances. Puis direction directement sa nouvelle salle, celle des moyens. Il l’adore, parfois l’année dernière on lui permettait d’aller y jouer avec les plus grands. Et il y a un toboggan, alors forcément… Mais au moment du départ, ce n’était plus la même histoire. Un gros chagrin, celui qui fait de la peine à la maman. Et encore je ne vous ai pas mis la photo où il s’accroche à ma jambe. Pourquoi c’est toujours moi qui l’emmène et jamais moi qui vais le chercher ? Et vous pas trop dure la rentrée ?