OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après Khao Sok, nous cherchions un dernier endroit où poser nos valises sur la côte ouest.

Phuket est la plus grande île de Thaïlande. Facile d’accès avec son pont et son aéroport, nous nous sommes dit qu’on y trouverait bien un petit coin sympa pour terminer les vacances. Le Routard dit bien que c’est très touristique, mais il dit la même chose de Ko Samui que nous avions adoré lors de notre premier séjour.

Bon, à peine arrivés sur l’île, le charme n’opère pas vraiment. Après les routes dans la montagne et la mer turquoise en contre bas à Ko Phangan, là, c’est grandes routes bondées de circulations. On se croirait dans nos zones industrielles avec supermarchés, grandes enseignes, feux rouges avec en prime des melis melos de câbles électriques.

Allez on va attendre de voir l’hôtel, à plus de 50€ la nuit (c’est assez cher pour la Thaïlande) on devrait être bien. Le Routard disait « bonne adresse ». Mouai, on ne doit pas avoir les mêmes critères. Plutôt propre, mais 0 charme (Éden Resort).

En fait, nous nous sommes aperçus que tout est beaucoup plus cher à Phuket : les hôtels, les restos, les taxis. Les rabatteurs se font plus pressants voir carrément chiants ! Au secours !

Bon, allons voir la plage, Patong en l’occurrence. Ici les hôtels n’ont pas d’accès direct à la mer, une route les sépare. Et le notre c’est tout un groupe d’hôtels qui les sépare. On fait un peu plus la tronche à chaque découverte.

Patong c’est une grande plage avec des zones de baignade délimitées par des flotteurs pour ne pas te prendre un jet ski. Avec bien sûr, un monde fou sur le sable. Cool! Pas de criques ? Pas de cocotiers ? Des airs de côte d’azur en plein mois d’août. On manque de se faire renverser sur l’un des seuls passage piétons du coin par ce que la jeunesse française fait de meilleur. Regards aiguisés, on se fait engueuler, on comprend qu’il vaut mieux baisser les yeux et presser le pas.

Nous nous sommes regardés avec Guillaume : allez on se casse ! Il y a peut-être de très beaux coins cachés. Nous sommes peut être tombés sur la pire plage… Peu importe, nous en avons assez vu : on se casse!

On ne voulait pas refaire les valises, mais tant pis. Après tout, nous ne sommes que samedi . Et heureusement que les transports ne coûtent pas chers et c’est souvent gratuit pour Anatole. On se motive, on refeuillette le Routard. Koh Lanta ! Pas trop loin en bateau depuis Phuket.

En attendant, on a décidé de cacher notre déception à Anatole et de profiter nous aussi de ces infrastructures climatisées, touristiques et de la piscine de l’hôtel qui n’est pas si mal après tout. Au programme : Mc Do pour le déjeuner et visite d’un centre commercial. Un bar à filles sur le chemin m’invite même à y « laisser mon mari si j’ai besoin de faire du shopping tranquillement ». Oui bien sûr !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans le centre, un peu de shopping, une glace et on a amené Anatole dans une espèce de salle d’arcade pour les enfants. Ça coûte rien et forcément il a trouvé ça super. J’espère juste qu’il ne sortira pas ça quand on lui demandera de raconter son plus beau souvenir Ahaha!

Le lendemain matin, 7h on repartait.

*en photo : dans le bus sur la route de Khao Sok à Phuket. On nous a installés au fond avec un oiseau en cage et des sacs de marchandises. « Family place » on nous a dit. Il n’y avait en réalité pas d’autres places. Mais on était mieux logé qu’un moine assis au fond du bus. La porte (qu’on voit à gauche sur la photo) à côté de laquelle il était assis, s’est ouverte 2 fois dans des virages !